Il s’agit d’une revue de la littérature scientifique sur le post-COVID basée sur une sélection d’articles. La liste n’est pas exhaustive mais regroupe les publications majeures sur le sujet. En cas d’information manquante, vous pouvez nous contacter par mail : rafael@hcuge.ch

Prévalence et Symptômes

Ambulatoire

COVID-19 Symptoms: Longitudinal Evolution and Persistence in Outpatient Settings (Symptômes de la COVID-19 : évolution longitudinale et persistance en milieu ambulatoire)

Nehme M, Braillard O, Alcoba G, Aebischer Perone S, Courvoisier D, Chappuis F, Guessous I; COVICARE TEAM. Ann Intern Med. 2021 May;174(5):723-725. doi: 10.7326/M20-5926. Epub 2020 Dec 8. PMID: 33284676; PMCID: PMC7741180.

Sur 30 557 personnes testées à Genève, 18,1% ont été testées positives (n= 5534) ; 22,2% d'entre eux ont été hospitalisés (n= 1229), et 703 inscrits au suivi COVICARE. Sur la cohorte initiale, 669 personnes ont été incluses. L'âge moyen était de 42,8 ans (SD, 13,7) ; 60 % des patients inclus étaient des femmes, 24,6 % des professionnels de la santé et 68,8 % n'avaient aucun facteur de risque sous-jacent. Quarante participants avaient été hospitalisés pendant la période d'étude. Entre 30 et 45 jours (moyenne, 43 jours) après le diagnostic, au moins 32 % des 669 patients initialement inclus ont signalé 1 ou plusieurs symptômes persistants. La fatigue, la dyspnée et la perte du goût ou de l'odorat étaient les principaux symptômes persistants.

Lien vers l'article scientifique : COVID-19 Symptoms: Longitudinal Evolution and Persistence in Outpatient Setting 

Prevalence of Symptoms More Than Seven Months After Diagnosis of Symptomatic COVID-19 in an Outpatient Setting (Prévalence des symptômes plus de sept mois après un diagnostic du COVID-19 en ambulatoire)

Nehme M, Braillard O, Chappuis F, Courvoisier DS, Guessous I; CoviCare Study Team. Ann Intern Med. 2021 Sep;174(9):1252-1260. doi: 10.7326/M21-0878. Epub 2021 Jul 6. PMID: 34224254; PMCID: PMC8280535.

Les personnes qui ont participé au programme CoviCare aux Hôpitaux universitaires de Genève du 18 mars au 15 mai 2020 ont été suivies à 7-9 mois de leur infection. Des auto-questionnaires et des entretiens téléphoniques semi-structurés ont été menés pour évaluer l'évolution longitudinale et la persistance des symptômes à 7-9 mois après le diagnostic.
Les symptômes résiduels étaient fréquents suite à une infection par le SARS-CoV-2, même chez les jeunes personnes, en bonne santé habituelle et qui étaient suivies en ambulatoire. Sur les 629 participants à l'étude, 410 ont répondu au suivi 7 à 9 mois; 39,0 % ont signalé des symptômes résiduels. La fatigue (20,7 %) était le symptôme le plus souvent signalé, suivi de la perte du goût ou de l'odorat (16,8 %), de la dyspnée (11,7 %) et des maux de tête (10,0 %).

Lien vers l'article scientifique : Prevalence of Symptoms More Than Seven Months After Diagnosis of Symptomatic COVID-19 in an Outpatient Setting

Sequelae in Adults at 6 Months After COVID-19 Infection (Séquelles chez les adultes à 6 mois après leur infection au COVID-19)

Logue JK, Franko NM, McCulloch DJ, McDonald D, Magedson A, Wolf CR, Chu HY. JAMA Netw Open. 2021 Feb 1;4(2):e210830. doi: 10.1001/jamanetworkopen.2021.0830. Erratum in: JAMA Netw Open. 2021 Mar 1;4(3):e214572. PMID: 33606031; PMCID: PMC7896197.

Au total, 177 des 234 participants atteints de COVID-19 à l'Université de Washington, aux États-Unis, ont rempli un questionnaire de suivi avec un délai moyen depuis l’infection de 169 jours (intervalle 31-300). Les participants avaient un âge moyen de 48,0 [entre 18-94] ans ; et 57,1 % étaient des femmes.
Dans l'ensemble, 6,2 % étaient asymptomatiques, 84,7 % étaient des patients atteints d’une maladie légère traités en ambulatoire et 9,0 % avaient une maladie modérée ou grave nécessitant une hospitalisation. Environ 30 % des participants ont signalé des symptômes persistants 9 mois après leur infection. La fatigue était le symptôme le plus fréquemment rapporté (14 %), avec une détérioration de la qualité de vie chez 29 % des patients en ambulatoire.

Lien vers l'article scientifique : Sequelae in Adults at 6 Months After COVID-19 Infection

High-dimensional characterization of post-acute sequelae of COVID-19 (Caractérisation en haute dimension des séquelles post-aiguës du COVID-19)

Al-Aly Z, Xie Y, Bowe B. Nature. 2021 Jun;594(7862):259-264. doi: 10.1038/s41586-021-03553-9. Epub 2021 Apr 22. PMID: 33887749.

À l'aide des bases de données nationales sur les soins de santé du US Department of Veterans Affairs (73 435 patients), les diagnostics sur 6 mois ont été identifiés. Les personnes atteintes de COVID-19 avaient un risque plus élevé de décès (risque relatif de 1,59 (1,46-1,73)) et d'utilisation des ressources de santé (risque relatif de 1,20 (1,19-1,21)) et au-delà des 30 premiers jours de maladie. Plusieurs séquelles ont été observées : respiratoires (Excess burden de 28,51 (26,40–30,50)), neurologiques (Excess burden de 14,32 (12,16–16,36)), troubles métaboliques, troubles cardiovasculaires, troubles gastro-intestinaux, malaise, fatigue (Excess burden de 12,64 (11,24–13,93), et des douleurs musculo-squelettiques et anémie.

Lien vers l'article scientifique : High-dimensional characterization of post-acute sequelae of COVID-19

Post-acute effects of SARS-CoV-2 infection in individuals not requiring hospital admission: a Danish population-based cohort study (Effets post-aigus de l'infection par le SARS-CoV-2 chez les personnes ne nécessitant pas d'hospitalisation : une étude de cohorte basée sur la population danoise)

Lund LC, Hallas J, Nielsen H, Koch A, Mogensen SH, Brun NC, Christiansen CF, Thomsen RW, Pottegård A. Lancet Infect Dis. 2021 Oct;21(10):1373-1382. doi: 10.1016/S1473-3099(21)00211-5. Epub 2021 May 10. PMID: 33984263; PMCID: PMC8110209.

Une évaluation des registres au Danemark des ordonnances, des patients et de l'assurance maladie (10 498 personnes éligibles testées positives pour le SARS-CoV-2, dont 8 983 étaient en vie et non hospitalisés 2 semaines après leur test positif) a été effectuée. Cette évaluation a montré que les patients ambulatoires atteints de COVID-19 étaient à un risque de dyspnée, et de thromboembolie veineuse avec une augmentation globale du nombre de visites chez leur médecin traitant (Risque relatif RR 1·18 [IC 95% 1·15-1·22]) et des visites ambulatoires à l’hôpital (RR 1·10 [1·05 -1·16]) par rapport aux individus COVID-19 négatifs. Les patients ambulatoires testés positifs pour le COVID-19 n'étaient pas exposés à un risque accru d'initier de nouveaux médicaments, à l'exception des bronchodilatateurs, en particulier les β2-agonistes à courte durée d'action (117 [1·7 %] des 6 935 individus positifs contre 743 [1·3 %] des 57 206 individus négatifs ; RR 1·32 [1·09-1·60]) et des triptans (33 [0·4%] de 8 292 vs 198 [0·3%] de 72 828 ; RR 1·55 [1·07 -2·25]).

Lien vers l'article scientifique : Post-acute effects of SARS-CoV-2 infection in individuals not requiring hospital admission: a Danish population-based cohort study

 

Post-hospitalisation

Persistent Symptoms in Patients After Acute COVID-19 (Symptômes persistants chez les patients après un COVID-19 aigu)

Carfì A, Bernabei R, Landi F; Gemelli Against COVID-19 Post-Acute Care Study Group. JAMA. 2020 Aug 11;324(6):603-605. doi: 10.1001/jama.2020.12603. PMID: 32644129; PMCID: PMC7349096.

Du 21 avril au 29 mai 2020, 143 patients ont été inclus dans un suivi post-hospitalisation du COVID-19 en Italie. L'âge moyen était de 56,5 ans (SD, 14,6) (range, 19-84 ans) et 53 (37 %) étaient des femmes. Pendant l'hospitalisation, 72,7 % des participants présentaient des signes de pneumonie interstitielle. La durée moyenne d'hospitalisation était de 13,5 (SD, 9,7) jours ; 21 patients (15 %) ont reçu une ventilation non invasive et 7 patients (5 %) ont reçu une ventilation invasive. À une moyenne de 60,3 (SD, 13,6) jours après le début des symptômes, seuls 18 (12,6 %) étaient complètement exempts de tout symptôme lié au COVID-19, tandis que 32 % présentaient 1 ou 2 symptômes et 55 % en présentaient 3 ou plus. Les personnes ont signalé une fatigue persistante (53,1 %), une dyspnée (43,4 %), des douleurs articulaires (27,3 %) et des douleurs thoraciques (21,7 %). Les patients avaient également une qualité de vie dégradée dans 44,1% des cas.

Lien vers l'article scientifique : Persistent Symptoms in Patients After Acute COVID-19

6-month consequences of COVID-19 in patients discharged from hospital: a cohort study (Conséquences à 6 mois du COVID-19 chez les patients post-hospitalisation: une étude de cohorte)

Huang C, Huang L, Wang Y, Li X, Ren L, Gu X, Kang L, Guo L, Liu M, Zhou X, Luo J, Huang Z, Tu S, Zhao Y, Chen L, Xu D, Li Y, Li C, Peng L, Li Y, Xie W, Cui D, Shang L, Fan G, Xu J, Wang G, Wang Y, Zhong J, Wang C, Wang J, Zhang D, Cao B. Lancet. 2021 Jan 16;397(10270):220-232. doi: 10.1016/S0140-6736(20)32656-8. Epub 2021 Jan 8. PMID: 33428867; PMCID: PMC7833295. 

Les patients post-hospitalisation de l'hôpital Jin Yin-tan (Wuhan, Chine) entre le 7 janvier et le 29 mai 2020 ont été suivis à 6 mois de l'infection. Sur les 1 733 participants (âge médian 57·0 (IQR 47·0–65·0) ans et 52 % étaient des hommes), 76 % présentaient au moins un symptôme lors du suivi. Les patients ont fréquemment signalé de la fatigue ou une faiblesse musculaire (63 %), des troubles du sommeil (26 %) et de l'anxiété ou de la dépression (23 %).

Lien vers l'article scientifique : 6-month consequences of COVID-19 in patients discharged from hospital: a cohort study

1-year outcomes in hospital survivors with COVID-19: a longitudinal cohort study (Résultats à 1 an chez les patients atteints de COVID-19 post-hospitalisation : une étude de cohorte longitudinale)

Huang L, Yao Q, Gu X, Wang Q, Ren L, Wang Y, Hu P, Guo L, Liu M, Xu J, Zhang X, Qu Y, Fan Y, Li X, Li C, Yu T, Xia J, Wei M, Chen L, Li Y, Xiao F, Liu D, Wang J, Wang X, Cao B. Lancet. 2021 Aug 28;398(10302):747-758. doi: 10.1016/S0140-6736(21)01755-4. PMID: 34454673; PMCID: PMC8389999. 

Les patients post-hospitalisation de l'hôpital Jin Yin-tan (Wuhan, Chine) entre le 7 janvier et le 29 mai 2020 ont été contactés à 6 et 12 mois après leur infection. Sur les 1 276 participants ayant effectué les deux suivis (âge médian 59·0 ans (IQR 49·0-67·0) et 53 % étaient des hommes), 68 % avaient au moins un symptôme persistant (831/1227) à 6 mois et 49 ans % (620/1272) à 12 mois (p<0·0001). L'état de santé général des patients avec COVID-19 était toujours inférieur à celui des patients sans COVID-19, et 88 % (422/479) des patients avec COVID-19 qui étaient employés avant l’infection avaient repris leur travail de la même manière à 12 mois. Par rapport aux hommes, les femmes avaient un rapport de cotes OR de 1·43 (IC à 95 % 1·04-1·96) pour la fatigue ou la faiblesse musculaire, OR 2·00 (1·48-2·69) pour l'anxiété ou la dépression, et OR 2·97 (1·50-5·88) pour les troubles de diffusion pulmonaire.

Lien vers l'article scientifique : 1-year outcomes in hospital survivors with COVID-19: a longitudinal cohort study

 

Enfants et adolescents

Illness duration and symptom profile in symptomatic UK school-aged children tested for SARS-CoV-2 (Durée de la maladie et profil des symptômes chez les enfants d'âge scolaire britanniques symptomatiques testés pour le SARS-CoV-2)

Molteni E, Sudre CH, Canas LS, Bhopal SS, Hughes RC, Antonelli M, Murray B, Kläser K, Kerfoot E, Chen L, Deng J, Hu C, Selvachandran S, Read K, Capdevila Pujol J, Hammers A, Spector TD, Ourselin S, Steves CJ, Modat M, Absoud M, Duncan EL. Lancet Child Adolesc Health. 2021 Oct;5(10):708-718. doi: 10.1016/S2352-4642(21)00198-X. Epub 2021 Aug 3. Erratum in: Lancet Child Adolesc Health. 2021 Aug 31;: PMID: 34358472; PMCID: PMC8443448.

Les données pédiatriques d’enfants britanniques en âge scolaire (âgés de 5 à 17 ans) ont été rapportées par un proxy adulte utilisant l'application mobile lancée conjointement par Zoe Limited et King's College London. Dans l'ensemble, 1 734 enfants ont eu un résultat de test SARS-CoV-2 positif et une durée de maladie calculable pendant la période de l'étude (apparition de la maladie entre le 1er septembre 2020 et le 24 janvier 2021). Les symptômes les plus fréquents étaient les maux de tête (62,2 %) et la fatigue (55,0 %). La durée médiane de la maladie était de 6 jours (IQR 3-11) contre 3 jours (2-7) chez les enfants testés négatifs, et était positivement associée à l'âge. Après le jour 28, le fardeau des symptômes était faible (médiane de 2 symptômes, IQR 1-4) par rapport à la première semaine de la maladie (médiane de 6 symptômes, 4-8). Seulement 1,8 % des 1 379 enfants ont présenté des symptômes pendant au moins 56 jours.

Lien vers l'article scientifique : Illness duration and symptom profile in symptomatic UK school-aged children tested for SARS-CoV-2

Long-term Symptoms After SARS-CoV-2 Infection in Children and Adolescents (Symptômes à long terme après une infection par le SARS-CoV-2 chez les enfants et les adolescents)

Radtke T., Ulyte A., Puhan MA., Kriemler S. JAMA. 2021 Jul 15;326(9):869–71. doi: 10.1001/jama.2021.11880. Epub ahead of print. PMID: 34264266; PMCID: PMC8283661.

À l'aide de Ciao Corona, une étude de cohorte longitudinale portant sur la séroprévalence du SARS-CoV-2 dans 55 écoles sélectionnées de manière aléatoire à Zurich, en Suisse, la persistance des symptômes chez 109 enfants séropositifs et 1 246 enfants séronégatifs a été évaluée. Dans l'ensemble, 4 % des enfants séropositifs ont signalé au moins un symptôme durant au-delà de 12 semaines contre 2 % des enfants séronégatifs, et des proportions similaires d'enfants séropositifs et séronégatifs ont déclaré être en excellente ou bonne santé.

Lien vers l'article scientifique : Long-term Symptoms After SARS-CoV-2 Infection in Children and Adolescents

Post-acute COVID-19 outcomes in children with mild and asymptomatic disease (Résultats post-aigus du COVID-19 chez les enfants atteints d'une maladie bénigne et asymptomatique)

Say D, Crawford N, McNab S, Wurzel D, Steer A, Tosif S. Lancet Child Adolesc Health. 2021 Jun;5(6):e22-e23. doi: 10.1016/S2352-4642(21)00124-3. Epub 2021 Apr 21. PMID: 33891880; PMCID: PMC8057863.

Sur 171 enfants atteints de COVID-19 (âge médian 3 ans, IQR 1-8 ans et 53% de garçons) au Royal Children's Hospital (RCH) de Melbourne, Australie, 151 ont eu un suivi à 3-6 mois, dont 36% avaient une infection asymptomatique et 64% avaient des symptômes pendant la phase aiguë de leur infection. Sur les 151 participants, 8 % présentaient des symptômes persistants du COVID-19, notamment une légère toux post-virale (4 %) et de la fatigue (2 %). La durée de la toux post-virale variait de 3 semaines à 8 semaines et celle de la fatigue post-virale variait de 6 semaines à 8 semaines à partir du moment de l'apparition des symptômes. Lors de l'examen le plus récent en mars 2021, les 151 enfants étaient à nouveau à leur état de santé de base et les symptômes persistants de la COVID-19 avaient disparu.

Lien vers l'article scientifique : Post-acute COVID-19 outcomes in children with mild and asymptomatic disease

Persistent symptoms following SARS-CoV-2 infection amongst children and young people: A meta-analysis of controlled and uncontrolled studies (Symptômes persistants après une infection par le SARS-CoV-2 chez les enfants et les jeunes : une méta-analyse d'études contrôlées et non contrôlées)

Behnood SA, Shafran R, Bennett SD, Zhang AXD, O'Mahoney LL, Stephenson TJ, Ladhani SN, De Stavola BL, Viner RM, Swann OV. J Infect. 2021 Nov 20:S0163-4453(21)00555-7. doi: 10.1016/j.jinf.2021.11.011. Epub ahead of print. PMID: 34813820; PMCID: PMC8604800.

Une revue systématique de la littérature publiée et non publiée à l'aide de 13 bases de données en ligne entre décembre 2019 et juillet 2021. Vingt-deux des 3 357 études étaient éligibles, dont 23 141 enfants et jeunes. La durée médiane de suivi était de 125 jours (IQR 99–231). La différence de risque regroupée dans les cas post-COVID par rapport aux témoins (5 études) était significativement plus élevée pour les troubles cognitifs (3 % (IC à 95 % 1, 4)), les maux de tête (5 % (1, 8)), la perte d'odorat (8 %, (2, 15)), mal de gorge (2 % (1, 2)) et douleur aux yeux (2 % (1, 3)) mais pas pour les douleurs abdominales, toux, fatigue, myalgie, insomnie, diarrhée, fièvre, étourdissements ou dyspnée. La prévalence regroupée des symptômes chez les participants post-COVID dans 17 études variait de 15 % (diarrhée) à 47 % (fatigue). L'âge était associé à une prévalence plus élevée de tous les symptômes sauf la toux. Une qualité d'étude plus élevée était associée à une prévalence plus faible de tous les symptômes, à l'exception de la perte d'odorat et des symptômes cognitifs.

Lien vers l'article scientifique : Persistent symptoms following SARS-CoV-2 infection amongst children and young people: A meta-analysis of controlled and uncontrolled studies

​​​

Revues systématiques

Assessment of the Frequency and Variety of Persistent Symptoms Among Patients With COVID-19: A Systematic Review (Évaluation de la fréquence et de la variété des symptômes persistants chez les patients atteints de COVID-19 : une revue systématique)

Nasserie T, Hittle M, Goodman SN. JAMA Netw Open. 2021 May 3;4(5):e2111417. doi: 10.1001/jamanetworkopen.2021.11417. PMID: 34037731; PMCID: PMC8155823.

Une recherche dans PubMed et Web of Science a été menée pour identifier les études (en anglais) publiées du 1er janvier 2020 au 11 mars 2021, qui examinaient les symptômes persistants après une infection au COVID-19. Les symptômes persistants ont été définis comme ceux qui persistent pendant au moins 60 jours après le diagnostic, l'apparition des symptômes ou l'hospitalisation ou au moins 30 jours après la guérison de la maladie aiguë ou la sortie de l'hôpital.
Un total de 1 974 articles ont été identifiés; parmi ceux-ci, 1 247 titres d'articles et résumés ont été examinés, 47 études ont été jugées éligibles et 45 études rapportant 84 signes ou symptômes cliniques ont été incluses. Sur un total de 9 751 participants, 5 266 (54,0 %) étaient des hommes ; 30 des 45 études ont rapporté des âges moyens ou médians inférieurs à 60 ans.
Il y avait de grandes variations dans la conception et la qualité des études, ce qui avait des implications pour l'interprétation et limitait souvent la comparabilité des résultats. Les symptômes individuels les plus fréquents comprenaient l'essoufflement ou la dyspnée (26 études ; fréquence médiane, 36,0 % ; IQR, 27,6 %-50,0 %), la fatigue ou l'épuisement (25 études ; fréquence médiane, 40,0 % ; IQR, 31,0 %-57,0 %) et troubles du sommeil ou insomnie (8 études ; médiane 29,4 %, IQR, 24,4 %-33,0 %).

Lien vers l'article scientifique : Assessment of the Frequency and Variety of Persistent Symptoms Among Patients With COVID-19: A Systematic Review

Post-acute COVID-19 syndrome (Syndrome COVID-19 post-aigu)

Nalbandian A, Sehgal K, Gupta A, Madhavan MV, McGroder C, Stevens JS, Cook JR, Nordvig AS, Shalev D, Sehrawat TS, Ahluwalia N, Bikdeli B, Dietz D, Der-Nigoghossian C, Liyanage-Don N, Rosner GF, Bernstein EJ, Mohan S, Beckley AA, Seres DS, Choueiri TK, Uriel N, Ausiello JC, Accili D, Freedberg DE, Baldwin M, Schwartz A, Brodie D, Garcia CK, Elkind MSV, Connors JM, Bilezikian JP, Landry DW, Wan EY. Nat Med. 2021 Apr;27(4):601-615. doi: 10.1038/s41591-021-01283-z. Epub 2021 Mar 22. PMID: 33753937. 

Une revue de la littérature sur l'état post-COVID, avec une évolution de l'infection, un aperçu des séquelles, une physiopathologie potentielle et une approche interdisciplinaire pour la gestion.

Lien vers l'article scientifique : Post-acute COVID-19 syndrome

Associations et facteurs

Attributes and predictors of long COVID (Attributs et prédicteurs du long COVID)

Sudre CH, Murray B, Varsavsky T, Graham MS, Penfold RS, Bowyer RC, Pujol JC, Klaser K, Antonelli M, Canas LS, Molteni E, Modat M, Jorge Cardoso M, May A, Ganesh S, Davies R, Nguyen LH, Drew DA, Astley CM, Joshi AD, Merino J, Tsereteli N, Fall T, Gomez MF, Duncan EL, Menni C, Williams FMK, Franks PW, Chan AT, Wolf J, Ourselin S, Spector T, Steves CJ. Nat Med. 2021 Apr;27(4):626-631. doi: 10.1038/s41591-021-01292-y. Epub 2021 Mar 10. Erratum in: Nat Med. 2021 Jun;27(6):1116. PMID: 33692530; PMCID: PMC7611399. 

Dans cette étude analysant les données de 4 182 cas de COVID-19 via l'application COVID Symptom Study au Royaume-Uni, 558 participants ont signalé des symptômes durant 28 jours ou plus, 4,5 % 8 semaines ou plus et 2,3 % 12 semaines ou plus. Les symptômes de fatigue, de maux de tête, de dyspnée et d'anosmie caractérisant le post-COVID étaient plus probables avec l'augmentation de l'âge, de l'indice de masse corporelle, du sexe féminin ainsi que de d’avoir eu plus de cinq symptômes au cours de la première semaine de maladie

Lien vers l'article scientifique : Attributes and predictors of long COVID

Follow-up of adults with noncritical COVID-19 two months after symptom onset (Suivi des adultes atteints de COVID-19 non critique deux mois après l'apparition des symptôme)

Carvalho-Schneider C, Laurent E, Lemaignen A, Beaufils E, Bourbao-Tournois C, Laribi S, Flament T, Ferreira-Maldent N, Bruyère F, Stefic K, Gaudy-Graffin C, Grammatico-Guillon L, Bernard L. Clin Microbiol Infect. 2021 Feb;27(2):258-263. doi: 10.1016/j.cmi.2020.09.052. Epub 2020 Oct 5. PMID: 33031948; PMCID: PMC7534895.

Dans l'ensemble, 150 patients atteints (forme non critique) de COVID-19 au CHU de Tours en France ont été suivis à 30 et 60 jours après l'infection. Globalement, 66 % des patients présentaient des symptômes à 60 jours, notamment anosmie/agueusie (59 %), fatigue (40 %) et dyspnée (36,7 %). La persistance des symptômes à 60 jours était significativement associée à l'âge de 40 à 60 ans, à l'hospitalisation et à une auscultation anormale au début des symptômes.

Lien vers l'article scientifique : Follow-up of adults with noncritical COVID-19 two months after symptom onset

Risk factors and disease profile of post-vaccination SARS-CoV-2 infection in UK users of the COVID Symptom Study app: a prospective, community-based, nested, case-control study (Facteurs de risque et profil de l'infection par le SARS-CoV-2 post-vaccination chez les utilisateurs britanniques de l'application COVID Symptom Study : une étude cas-témoin prospective, communautaire, nichée)

Antonelli M, Penfold RS, Merino J, Sudre CH, Molteni E, Berry S, Canas LS, Graham MS, Klaser K, Modat M, Murray B, Kerfoot E, Chen L, Deng J, Österdahl MF, Cheetham NJ, Drew DA, Nguyen LH, Pujol JC, Hu C, Selvachandran S, Polidori L, May A, Wolf J, Chan AT, Hammers A, Duncan EL, Spector TD, Ourselin S, Steves CJ. Lancet Infect Dis. 2022 Jan;22(1):43-55. doi: 10.1016/S1473-3099(21)00460-6. Epub 2021 Sep 1. PMID: 34480857; PMCID: PMC8409907.

Cette étude est une étude cas-témoins prospective, communautaire, utilisant des données auto-déclarées de 1 240 009 utilisateurs de l'application de téléphonie mobile COVID Symptom Study entre décembre 2020 et juillet 2021 au Royaume-Uni. Tous les 1 240 009 utilisateurs de l'application COVID Symptom Study ont reçu une première dose de vaccin, dont 6 030 ont ensuite été testés positifs au SARS-CoV-2, et 971 504 ont signalé une deuxième dose, dont 2 370 (0,2 %) ont ensuite été testés positifs au SARS -CoV-2. Parmi les groupes témoins, il y avait des participants non vaccinés déclarant un test SARS-CoV-2 positif qui avaient utilisé l'application pendant au moins 14 jours consécutifs après le test, et ont été appariés (1:1) avec des participants ayant reçu une ou deux doses de vaccination, respectivement , à la date du test positif, le statut du travailleur de la santé, le sexe, l'indice de masse corporelle (IMC) et l'âge. La vaccination (par rapport à l'absence de vaccination) était associée à une réduction du risque d'hospitalisation ou de plus de cinq symptômes au cours de la première semaine de la maladie suivant la première ou la deuxième dose, et à des symptômes de longue durée (≥ 28 jours) après la deuxième dose. Presque tous les symptômes ont été signalés moins fréquemment chez les personnes infectées vaccinées que chez les personnes infectées non vaccinées, et les participants vaccinés étaient plus susceptibles d'être complètement asymptomatiques, surtout s'ils avaient 60 ans ou plus.

Lien vers l'article scientifique : Risk factors and disease profile of post-vaccination SARS-CoV-2 infection in UK users of the COVID Symptom Study app: a prospective, community-based, nested, case-control study

​​

Pathophysiologie

Diverse functional autoantibodies in patients with COVID-19 (Divers auto-anticorps fonctionnels chez les patients atteints de COVID-19)

Wang EY, Mao T, Klein J, Dai Y, Huck JD, Jaycox JR, Liu F, Zhou T, Israelow B, Wong P, Coppi A, Lucas C, Silva J, Oh JE, Song E, Perotti ES, Zheng NS, Fischer S, Campbell M, Fournier JB, Wyllie AL, Vogels CBF, Ott IM, Kalinich CC, Petrone ME, Watkins AE; Yale IMPACT Team, Dela Cruz C, Farhadian SF, Schulz WL, Ma S, Grubaugh ND, Ko AI, Iwasaki A, Ring AM. Nature. 2021 Jul;595(7866):283-288. doi: 10.1038/s41586-021-03631-y. Epub 2021 May 19. PMID: 34010947.

À l’aide d'une technique de découverte d'auto-anticorps à haut débit (rapid extracellular antigen profiling) ; 194 personnes atteintes de COVID-19 léger ou asymptomatique ont été dépistées pour des auto-anticorps à l'hôpital Yale-New Haven aux États-Unis. Les chercheurs ont mis en évidence que les patients atteints de COVID-19 présentent des augmentations marquées de la réactivité des auto-anticorps par rapport aux individus non infectés et montrent une forte prévalence d'auto-anticorps contre les protéines immunomodulatrices (y compris les cytokines, les chimiokines, les composants du complément et les protéines de surface cellulaire). Ces auto-anticorps pourraient perturber la fonction immunitaire et altérer le contrôle virologique en inhibant la signalisation des immunorécepteurs et en modifiant la composition des cellules immunitaires périphériques. L'analyse des auto-anticorps contre les antigènes associés aux tissus a révélé des associations avec des caractéristiques cliniques spécifiques.

Lien vers l'article scientifique : Diverse functional autoantibodies in patients with COVID-19

Dysregulation of brain and choroid plexus cell types in severe COVID-19 (Dérégulation de types de cellules du cerveau et du plexus choroïde dans les cas graves de COVID-19)

Yang AC, Kern F, Losada PM, Agam MR, Maat CA, Schmartz GP, Fehlmann T, Stein JA, Schaum N, Lee DP, Calcuttawala K, Vest RT, Berdnik D, Lu N, Hahn O, Gate D, McNerney MW, Channappa D, Cobos I, Ludwig N, Schulz-Schaeffer WJ, Keller A, Wyss-Coray T. Nature. 2021 Jul;595(7868):565-571. doi: 10.1038/s41586-021-03710-0. Epub 2021 Jun 21. Erratum in: Nature. 2021 Oct;598(7882):E4. PMID: 34153974; PMCID: PMC8400927.

Cette étude inclue 14 individus témoins (dont un en phase terminale de grippe) et 8 patients atteints de COVID-19 à l'Université de Stanford, aux Etats-Unis. Le profilage de 65 309 transcriptomes à noyau unique a été réalisé à partir de 30 échantillons de cortex frontal et de plexus choroïde. Il n'y avait aucune trace moléculaire de SARS-CoV-2 dans le cerveau, cependant les chercheurs ont observé de larges perturbations cellulaires indiquant que les cellules barrières du plexus choroïde détectent et relaient l'inflammation périphérique dans le cerveau et montrent que les cellules T périphériques infiltrent le parenchyme. Les chercheurs ont également découvert que les sous-populations de microglie et d'astrocytes associées au COVID-19 partageaient des caractéristiques avec des états cellulaires pathologiques qui avaient déjà été signalés dans les maladies neurodégénératives humaines. À travers les types de cellules, les perturbations associées au COVID-19 se chevauchent avec celles trouvées dans les troubles neurologiques chroniques et résident dans des variantes génétiques associées à la cognition, à la schizophrénie et à la dépression.

Lien vers l'article scientifique : Dysregulation of brain and choroid plexus cell types in severe COVID-19

18F-FDG brain PET hypometabolism in patients with long COVID (Hypométabolisme par 18F-FDG TEP cérébral chez les patients atteints de COVID long)

Guedj E, Campion JY, Dudouet P, Kaphan E, Bregeon F, Tissot-Dupont H, Guis S, Barthelemy F, Habert P, Ceccaldi M, Million M, Raoult D, Cammilleri S, Eldin C. Eur J Nucl Med Mol Imaging. 2021 Aug;48(9):2823-2833. doi: 10.1007/s00259-021-05215-4. Epub 2021 Jan 26. PMID: 33501506; PMCID: PMC7837643.

En évaluant les TEP de 35 patients atteints de COVID long à Marseille, en France, par rapport à 44 sujets sains contrôlés pour l'âge et le sexe, les chercheurs utilisant une analyse basée sur des whole-brain voxel ont découvert que les patients atteints de COVID long présentaient un hypométabolisme bilatéral dans le gyrus rectal/orbital bilatéral , y compris le gyrus olfactif ; le lobe temporal droit, comprenant l'amygdale et l'hippocampe, s'étendant jusqu'au thalamus droit; le tronc cérébral pons/medulla bilatéral ; le cervelet bilatéral (p-voxel < 0,001 non corrigé, p-cluster < 0,05 FWE corrigé). Ces clusters métaboliques étaient hautement discriminants pour distinguer les patients des sujets sains (classification correcte à 100%). Ces clusters d'hypométabolisme étaient significativement associés à des plaintes fonctionnelles plus nombreuses (tronc cérébral et clusters cérébelleux), et tous associés à la survenue de certains symptômes (hyposmie/anosmie, mémoire/troubles cognitifs, douleur et insomnie) (p < 0,05).

Lien vers l'article scientifique : F-FDG brain PET hypometabolism in patients with long COVID

Immunological dysfunction persists for 8 months following initial mild-to-moderate SARS-CoV-2 infection (Le dysfonctionnement immunologique persiste pendant 8 mois après une infection initiale légère à modérée par le SARS-CoV-2)

Phetsouphanh C, Darley DR, Wilson DB, Howe A, Munier CML, Patel SK, Juno JA, Burrell LM, Kent SJ, Dore GJ, Kelleher AD, Matthews GV. Nat Immunol. 2022 Jan 13. doi: 10.1038/s41590-021-01113-x. Epub ahead of print. PMID: 35027728.

Cette étude a évalué des individus avec un post-COVID à Sydney, en Australie, par rapport à des individus guéris, appariés selon l'âge et le sexe sans symptômes persistants, des individus non exposés et des individus infectés par d'autres coronavirus. Les patients atteints de symptômes persistants avaient des cellules immunitaires innées hautement activées, manquaient de cellules T et B naïves et présentaient une expression élevée d'IFN de type I (IFN-β) et d'IFN de type III (IFN-λ1) qui restait constamment élevée 8 mois après l'infection. Les combinaisons des médiateurs inflammatoires IFN-β, PTX3, IFN-γ, IFN-λ2/3 et IL-6 étaient associées au long COVID avec une précision de 78,5 à 81,6 %.

Lien vers l'article scientifique : Immunological dysfunction persists for 8 months following initial mild-to-moderate SARS-CoV-2 infection

Immunoglobulin signature predicts risk of post-acute COVID-19 syndrome (La signature des immunoglobulines prédit le risque de syndrome COVID-19 post-aigu)

Cervia C, Zurbuchen Y, Taeschler P, Ballouz T, Menges D, Hasler S, Adamo S, Raeber ME, Bächli E, Rudiger A, Stüssi-Helbling M, Huber LC, Nilsson J, Held U, Puhan MA, Boyman O. Nat Commun. 2022 Jan 25;13(1):446. doi: 10.1038/s41467-021-27797-1. PMID: 35078982.

En comparant 123 patients atteints de COVID-19 à 35 témoins sains en Suisse, les chercheurs ont trouvé une association entre les niveaux d'IgM et d'IgG3, combinés à l'âge, l'asthme et à cinq symptômes (fièvre, fatigue, toux, dyspnée et symptômes gastro-intestinaux) pendant la phase aiguë de l'infection et le risque de post-COVID, indépendamment du moment du prélèvement sanguin. Cela a été validé avec une cohorte indépendante de 395 personnes atteintes de COVID-19.

Lien vers l'article scientifique :  Immunoglobulin signature predicts risk of post-acute COVID-19 syndrome

Antibodies in SARS-CoV-2 Infection and Vaccination (Anticorps dans l'infection et la vaccination par le SARS-CoV-2)

Murphy WJ, Longo DL. A. Possible Role for Anti-idiotype N Engl J Med. 2022 Jan 27;386(4):394-396. doi: 10.1056/NEJMcibr2113694. Epub 2021 Nov 24. PMID: 34818473.

Les auteurs discutent du rôle de la protéine (S) et de son utilisation critique du récepteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2) pour pénétrer dans la cellule et suggèrent un rôle possible pour les anticorps anti-idiotypes dans l'infection par le SARS-CoV-2 et la vaccination. Les études devraient caractériser davantage toutes les réponses des anticorps et des lymphocytes T au virus et aux vaccins, y compris les réponses Ab2 et le maintien et l'efficacité de l'Ab1.

Lien vers l'article scientifique : Possible Role for Anti-idiotype Antibodies in SARS-CoV-2 Infection and Vaccination

Multiple Early Factors Anticipate Post-Acute COVID-19 Sequelae (Plusieurs facteurs précoces anticipent les séquelles post-aiguës du COVID-19)

Su, Y., Yuan, D., Chen, D.G., Ng, R.H., Wang, K., Choi, J., Li, S., Hong, S., Zhang, R., Xie, J., Kornilov, S.A., Scherler, K., Pavlovitch-Bedzyk, A.J., Dong, S., Lausted, C., Lee, I., Fallen, S., Dai, C.L., Baloni, P., Smith, B., Duvvuri, V.R., Anderson, K.G., Li, J., Yang, F., Duncombe, C.J., McCulloch, D.J., Rostomily, C., Troisch, P., Zhou, J., Mackay, S., DeGottardi, Q., May, D.H, Taniguchi, R., Gittelman, R.M, Klinger, M., Snyder, T.M, Roper, R., Wojciechowska, G., Murray, K., Edmark, R., Evans, S., Jones, L., Zhou, Y., Rowen, L., Liu, R., Chour, W., Algren, H.A, Berrington, W.R., Wallick, J.A., Cochran, R.A., Micikas, M.E., the ISB-Swedish COVID19 Biobanking Unit, Terri Wrin, Petropoulos, C.J., Cole, H.R., Fischer, T.D., Wei, W., Hoon, D.S.B., Price, N.D., Subramanian, N., Hill, J.A, Hadlock, J., Magis, A.T., Ribas, A., Lanier, L.L., Boyd, S.D. Bluestone, J.A., Chu, H., Hood, L., Gottardo, R., Greenberg, P.D., Davis, M.M., Goldman, J.D., Heath, J.R. Cell (2022), doi: https://doi.org/10.1016/j.cell.2022.01.014.

Des chercheurs de Seattle, Washington, États-Unis, ont mené une enquête longitudinale multi-omique approfondie sur 309 patients atteints de COVID-19, du diagnostic initial à la convalescence (2 à 3 mois plus tard), intégrée aux données cliniques et aux symptômes signalés par les patients. Quatre facteurs de risque post-COVID ont été identifiés, au moment du diagnostic initial de COVID-19 : diabète de type 2, ARNémie SARS-CoV-2, virémie du virus Epstein-Barr et auto-anticorps spécifiques. Chez les patients atteints de post-COVID gastro-intestinal, les lymphocytes T CD8+ spécifiques au SARS-CoV-2 et spécifiques au CMV ont présenté une dynamique unique lors de la récupération du COVID-19. L'analyse des signatures immunologiques associées aux symptômes a révélé une polarisation coordonnée de l'immunité en quatre 10 endotypes présentant une gravité aiguë divergente et des symptômes post-COVID. Les associations immunologiques entre les facteurs post-COVID ont diminué au fil du temps, entraînant des états immunitaires convalescents distincts.

Lien vers l'article scientifique : Multiple Early Factors Anticipate Post-Acute COVID-19 Sequelae

Human small intestinal infection by SARS-CoV-2 is characterized by a mucosal infiltration with activated CD8 + T cells (L'infection de l'intestin grêle humain par le SARS-CoV-2 se caractérise par une infiltration muqueuse avec des lymphocytes T CD8+ activés)

Lehmann M, Allers K, Heldt C, Meinhardt J, Schmidt F, Rodriguez-Sillke Y, Kunkel D, Schumann M, Böttcher C, Stahl-Hennig C, Elezkurtaj S, Bojarski C, Radbruch H, Corman VM, Schneider T, Loddenkemper C, Moos V, Weidinger C, Kühl AA, Siegmund B. Mucosal Immunol. 2021 Nov;14(6):1381-1392. doi: 10.1038/s41385-021-00437-z. Epub 2021 Aug 21. PMID: 34420043; PMCID: PMC8379580.

Les chercheurs ont analysé des biopsies de l'intestin grêle d'individus infectés par le SARS-CoV-2 à la Charité-Universitätsmedizin, Berlin, et ont détecté l'ARN du SARS-CoV-2 et la protéine de la nucléocapside à l'aide de la qRT-PCR et de l'immunohistochimie dans la muqueuse duodénale. Les chercheurs ont également identifié des changements histomorphologiques de l'épithélium, qui se caractérisaient par une accumulation de cellules T CD8+ intraépithéliales activées ainsi que par une apoptose épithéliale et une prolifération régénérative ultérieure dans l'intestin grêle des patients COVID-19.

Lien vers l'article scientifique : Human small intestinal infection by SARS-CoV-2 is characterized by a mucosal infiltration with activated CD8 + T cells

Persistent SARS-CoV-2 Nucleocapsid Protein Presence in the Intestinal Epithelium of a Pediatric Patient 3 Months After Acute Infection (Présence persistante de la protéine de nucléocapside du SARS-CoV-2 dans l'épithélium intestinal d'une patiente pédiatrique 3 mois après une infection aiguë)

Arostegui D, Catro K, Schwarz S, Vaidy K, RABINOWITZ s, Wallach T. JPGN Reports: February 2022 - Volume 3 - Issue 1 - p e152 doi: 10.1097/PG9.0000000000000152.

Ce rapport de cas décrit le cas d'une fille de 11 ans à l'hôpital pour enfants de Downstate, New York, États-Unis, souffrant de douleurs abdominales chroniques suite à une infection SARS-CoV-2 positive à la PCR, avec une histopathologie du tissu colique biopsié 3 mois après l'infection montrant des infiltrats lymphocytaires denses et une identification du SARS-CoV-2 sur la coloration immunohistochimique.

Lien vers l'article scientifique : Persistent SARS-CoV-2 Nucleocapsid Protein Presence in the Intestinal Epithelium of a Pediatric Patient 3 Months After Acute Infection

Traitement

Care Models for Long COVID – A Rapid Systematic Review (Modèles de soins pour le long COVID – Une revue systématique rapide)

Decary S, Dugas M, Stefan T, Langlois L, Skidmore B, Bhéreur A, and LeBlanc A. (2021). SPOR Evidence Alliance, COVID-END Network.

Cette revue systématique décrit les études proposant des modèles de soins pour les conditions post-COVID. Les auteurs suggèrent qu'un modèle de soins complet devrait intégrer les soins primaires, les services de réadaptation et les cliniques spécialisées pour l'évaluation médicale, avec des voies d'entrée potentielles via un système de référence centralisé. Un modèle de soins intégrés pour les symptômes post-COVID est illustré dans la revue.

Lien vers l'article scientifique : Care Models for Long COVID – A Rapid Systematic Review

Long covid-mechanisms, risk factors, and management (COVID Long-mécanismes, facteurs de risque et gestion)

Crook H, Raza S, Nowell J, Young M, Edison P. BMJ. 2021 Jul 26;374:n1648. doi: 10.1136/bmj.n1648. Erratum in: BMJ. 2021 Aug 3;374:n1944. PMID: 34312178.

Une revue des mécanismes des symptômes post-COVID, des facteurs de risque et de la gestion des symptômes est présentée dans cette publication. Cette revue comprend des lignes directrices sur la gestion des symptômes post-COVID, la façon d'identifier, d'orienter et de traiter les patients avec une évaluation holistique, des approches d'investigation et de gestion comme suggéré par NICE (National Institute for Health and Care Excellence. -effets à terme de la directive COVID-19 NICE ; c2020. https://www.nice.org.uk/guidance/ng188). 

Lien vers l'article scientifique : Long covid-mechanisms, risk factors, and management

Diagnostic et prise en charge

Haute Autorité de Santé, France Symptômes prolongés suite à une Covid-19 de l’adulte. 12 Février 2021.

Informations pour les professionnels de la santé sur une approche basée sur les symptômes pour le traitement des symptômes post-COVID en France.

Lien vers l'article scientifique : Diagnostic et prise en charge