Les symptômes post-COVID, également appelé long Covid ou Covid long, ont un impact important sur la qualité de vie (sociale, personnelle, professionnelle). Plusieurs personnes souffrant de symptômes à long terme n’arrivent pas à reprendre une activité normale ou leur travail à cause de symptômes fluctuants et dont la durée reste indéterminée. 

Privilégier la prise en charge multidisciplinaire

A l'heure actuelle, les prestations sont prises en charge par l’assurance maladie de base ou par l’assurance accident en cas de maladie professionnelle, comme toute autre prestation médicale. De plus, plusieurs demandes de prestations ont été déposées auprès de l'assurance invalidité (AI) en Suisse pour des personnes atteintes de symptômes persistants invalidants au quotidien. Le diagnostic n'étant pas encore officiellement défini en Suisse, la reconnaissance de la maladie ainsi que de son impact n'est pas encore garanti, mais souhaité. 

Un soutien est essentiel dans cette période difficile. Nous vous conseillons d'en parler avec votre médecin traitant afin de trouver la meilleure prise en charge. 

Associations et groupes de soutien en Suisse et dans le monde francophone :  

Suisse : 

  • Réseau Altea
  • Association Long Covid Suisse fondée par des patients le 26 mars 2021 en Suisse, à Berne, afin de faire avancer la reconnaissance du Covid long en tant que maladie, la recherche de traitements cliniques et le soutien aux personnes concernées.

France : 

  • Association Aprèsj20 agit au quotidien pour informer tous les publics, soutenir les patients et co-construire un parcours de soin adapté et concerté avec les acteurs de la santé et les patients partenaires (#Covid long, #AvecEtPourLesPatients). 

Retour au travail

Comment reprendre le travail en cas de séquelles à long-terme du virus du Covid-19. 

Post-COVID et milieu de travail

Les symptômes post-COVID peuvent persister pendant des semaines, voire des mois, affectant la capacité fonctionnelle et la capacité de travail. Dans notre cohorte d’étude genevoise, l’incapacité fonctionnelle était deux fois plus prononcée chez les personnes infectées par le virus du Covid-19 que chez les personnes d’un groupe contrôle composé de personnes symptomatiques d'une infection respiratoire et testées négatives pour le virus du Covid-19.

La communication entre les employeurs et les employés est importante pour faciliter un retour au travail adapté, en évitant les rechutes et les incapacités potentiellement à long terme. 

Avant de planifier un retour au travail, les patientes et patients doivent en discuter avec leur médecin traitant, et être médicalement en capacité de reprendre une activité professionnelle. Le retour peut être difficile et créer de l'appréhension et de l'anxiété après un congé de longue durée ou chez des personnes encore symptomatiques. La situation doit être soigneusement discutée avec le médecin traitant et l'employeur afin de sensibiliser le milieu de travail à l'état de santé de l’employé, et de travailler ensemble sur le plan de reprise le plus adapté tant pour l’employeur que l’employé. Nous recommandons des réunions de retour au travail régulières lorsque l'employé est prêt à reprendre son activité. 

covid

Les personnes souffrant de symptômes post-COVID ont le plus souvent une fatigue intense définie comme une asthénie. Elle peuvent se réveiller fatiguées et passer la plupart de leurs journées avec un niveau d'énergie minimal. Alors que les personnes ont un niveau d'énergie réduit et parfois minimal chaque jour, elles dépensent cette réserve d'énergie pour mener toutes leurs activités quotidiennes et dans tous les aspects de leur vie, y compris personnels, professionnels et sociaux. Si elles sont surmenées, elles peuvent ressentir un malaise consécutif à l'effort et avoir besoin de plusieurs jours pour récupérer. Les personnes atteintes peuvent généralement identifier un moment de la journée où elles ont un niveau d’énergie plus élevé que le reste de la journée. Il est important que les employés et les employeurs envisagent pour la reprise de réduire les heures de travail et la charge de travail, en profitant du moment de la journée où l'employé se sent le plus capable de travailler. Les symptômes post-COVID peuvent également fluctuer et, idéalement, les employeurs pourraient reconsidérer la charge de travail les jours où les employés ont des rechutes ou des symptômes importants. En général, les symptômes s'améliorent avec le temps si le cadre offre une reprise progressive au travail, pour une meilleure récupération. Nous fournissons un journal d'énergie quotidien comme outil permettant aux patientes et aux patients de suivre leur niveau d'énergie, d'examiner toute amélioration et de déterminer quand elles ou ils se sentent mieux, et quelles activités nécessitent plus de dépenses énergétiques. 

covid

Les personnes souffrant de symptômes post-COVID peuvent également éprouver des difficultés à se concentrer, souvent décrites comme un brouillard cérébral. Elles ont des difficultés à exécuter plusieurs tâches simultanément et à se concentrer pendant de longues heures. Elles peuvent être sujettes aux erreurs. Une organisation et une structuration en tâches uniques peuvent aider à améliorer la concentration et la capacité d'accomplir leur travail. Il n'y a pas aujourd'hui de médicaments indiqués pour les difficultés de concentration post-COVID.

Les personnes souffrant de symptômes post-COVID peuvent également présenter un essoufflement, des douleurs thoraciques, ou des palpitations. Même si ces symptômes peuvent apparaître au repos, ils sont le plus souvent limitants lors d'un effort physique, et le lieu de travail doit alors être adapté pour réduire au maximum ces symptômes (activité impliquant une faible pénibilité physique, travail plus sédentaire).

Structurer la journée de travail et le lieu de travail

Un retour progressif est recommandé après avoir fixé des objectifs réalistes à court terme en accord entre l'employeur et l'employé. Dans les milieux de travail où l’employé peut être «doublé», ou assisté, cette solution est à privilégier sur les premières semaines. Un retour progressif doit initialement se faire à un pourcentage réduit du taux d’activité habituel, avec une préférence pour des demi-journées ou quelques heures par jour qui correspondent au moment où la personne a davantage d'énergie. Commencer par des projets et un travail à tâche unique tout en déléguant d'autres tâches à des collègues peut aider à ce retour progressif. Les pauses programmées maintiennent les niveaux d'énergie tout au long de la journée et structurent la journée de travail. Un mélange de télétravail et de travail sur place peut aider à réduire les dépenses énergétiques nécessaires pour les allers-retours au travail tout en favorisant la réintégration de l’employé dans son équipe. Les modalités de reprise (horaires, taux d'activité) devraient permettre aux patientes et aux patients de se rendre à leurs rendez-vous médicaux ainsi qu'à leurs programmes de réadaptation afin d’augmenter les chances que les symptômes s’améliorent durablement. L'environnement de travail doit être ergonomiquement adapté pour aider à conserver les niveaux d'énergie (aménagement ergonomique du poste de travail : réglage en hauteur, soutien du dos,  etc.). Parfois, des moyens auxiliaires tels que des outils d'assistance vocale peuvent aider à conserver le niveau d'énergie (en dictant par exemple).

Prendre soin

Les employeurs doivent être davantage sensibilisés aux symptômes post-COVID. Ces symptômes touchent tous les aspects de la vie, y compris le domaine professionnel, et doivent être pris en compte lors de l'adaptation du lieu de travail. Il est très important de vérifier et de s'assurer auprès des employés que leur activité, lieu et horaires de travail sont adaptés à leurs symptômes, et permettent leur retour au travail progressif et le maintien à long terme de leur capacité fonctionnelle. Des groupes de soutien et des points de référence peuvent être identifiés sur le lieu de travail pour aider les personnes souffrant de symptômes post-COVID à trouver les bonnes ressources. Les groupes de soutien peuvent également contribuer à améliorer le milieu de travail par le biais de réunions employés-employeurs. Les employeurs peuvent également saisir l'opportunité d'adapter et d'améliorer l'environnement des employés présentant des symptômes post-COVID. L'objectif est de maintenir une énergie physique et mentale des employés, d’éviter des arrêts à long terme ou voire des démissions.

Invalidité de longue durée

Les symptômes s'améliorent généralement avec le temps après un processus de récupération qui est souvent lent. Malheureusement, un petit pourcentage de patientes et patients souffrant de symptômes post-COVID ne récupèrent pas suffisamment pour retourner au travail. Ces personnes devraient être prises en charge par les assurances sociales (AI), les spécialistes en santé au travail, les ressources humaines, leur médecin traitant ainsi que des spécialistes post-COVID afin de déterminer si une reconversion au travail est possible ou si des prestations d'invalidité de longue durée sont nécessaires.